La population de Dame-Marie en 1861

  • Imprimer
Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Il est difficile d'imaginer aujourd’hui ce que pouvait être la commune quand sa population dépassait les 500 habitants. Tous les recensements qui sont conservés aux archives du département peuvent nous y aider. Prenons celui de 1861, quand Dame-Marie parvient à son maximum de population : 536 habitants.

Sur les 536 habitants, la moitié (255) vivent au bourg. Mais les villages sont aussi très animés : il y a 62 habitants au Pavot, 24 personnes au château.

 

 

Evolution de la population

 


Au bourg, ce sont les commerçants et les artisans qui tiennent le haut du pavé avec les "propriétaires". Le maire, Mathurin Bertin (en place depuis 1835) est un important propriétaire. Le charpentier Roy, le maçon Foulard, le charron Chauveau sont au conseil municipal, de même que le châtelain de la Guérinière, Auguste Héry de Maupas. L'aubergiste, jeune mais entreprenant, est le futur maire Désiré Diot.

Parmi les artisans, on trouve pêle-mêle : le menuisier Protais Guéry, le maréchal François Barillet, le bourrelier Foussereau, l'horloger Vivier, le tailleur Deniau et encore 3 sabotiers, 4 cordonniers, 4 maçons, 2 charpentiers, 2 tisserands, 8 couturières et 2 lingères.

Parmi les commerçants, on remarque le boucher Dutertre, le boulanger Labbé, le mercier Vauzelle. Et on n'aura garde d'oublier, parmi les gens qui comptent, le curé Emile Boisgard, nouvellement arrivé dans la commune et l'instituteur Pierre Croulebois, en poste depuis 20 ans qui sont tous les deux à couteau tirés. Il y a encore la sage-femme, la veuve Brossier, le garde champêtre, le cantonnier....

Les autres habitants du bourg sont les propriétaires “rentiers” (c'est à dire retraités), les journaliers, les petits métiers de la forêt qui œuvrent dans les bois de la Guérinière, bucherons, scieurs de long, fagoteurs, fendeurs…

Dans les villages et dans les nombreuses exploitations vit enfin toute la population des agriculteurs qui, avec les domestiques de ferme (qu'on appelle à l’époque "gagistes")constitue quand même la moitié des habitants de la commune.