Histoire de la commune

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

La rue de la poste

L’origine de Dame-Marie-les-Bois remonte au défrichement de la vaste forêt de Blémars (XIe-XIIe siècles) qui marquait la frontière entre Touraine et Blésois. Plutôt que les moines, c’est ici le chapitre de la cathédrale de Tours qui agit pour inscrire dans l’espace les limites du diocèse. Un oratoire est donc créé, dédié à Notre Dame, pour répondre à la présence des défricheurs. « Villa Domna Maria » apparaît pour la première fois en 1059 dans une charte du comte de Blois Thibaut III octroyée aux moines de Marmoutiers (la grande abbaye tourangelle) pour leur prieuré de Mesland . Les plus anciennes parties de l’église peuvent dater des environs de 1100. Parallèlement s’installe juste à côté de l’église, le siège d’une seigneurie dont le château était déjà ruiné au début du XVIIIe siècle. Elle avait été jointe vers 1580 à la seigneurie de la Guérinière, dont le siège se trouve à environ 2 kms, mais situé dans le comté de Blois et non en Touraine. Le château de la Guérinière a été démoli en 1903.

 

 

Le village de Dame-Marie, voué à une agriculture pauvre sur des terres lourdes et difficiles à travailler, a vécu pendant des siècles entre son église et sa seigneurie. Au XIXe siècle, il se transforma peu à peu en un centre commerçant et artisanal rayonnant sur les environs. La population s’accrut très rapidement, passant de 300 habitants à plus de 500 à partir de 1830. Au milieu du siècle, il fallut agrandir l’église et transférer le cimetière. Cet essor a laissé des traces dans le bâti communal, la construction de quelques belles maisons financées par l’exploitation de la forêt toute proche. Mais cet essor fut de courte durée. L’exode rural et le déclin de l’agriculture au XXe siècle réduisirent Dame-Marie à n’être, jusqu’à ces dernières décennies, qu’une petite commune forestière. La population était tombée à 225 habitants en 1982.

Les dernières années du XXe siècle ont vu un redressement important. L’attirance pour le Val de Loire, l’agrément du cadre rural, l’aisance des communications, la proximité des villes et d’un échangeur d’autoroute, tout ceci a facilité la reprise du bâti ancien et permis nombre de constructions nouvelles, non seulement par des résidenciers secondaires, mais, de plus en plus, par des habitants permanents.

Pour en savoir un peu plus, les ouvrages de Daniel Viaud sur le passé de la commune peuvent être consultés à la Biblio des Bois (mairie de Dame-Marie-les-Bois)

- Les cartes postales de Dame-Marie-les-Bois (2006 ; 30 p.)

- Les maisons de Dame-Marie-les Bois ; histoire d’un bâti communal (2005 ;75 p.)

- 150 d’école à Dame-Marie-les-Bois : 1830-1875 (2008 ; 105 p.))

- Dame-Marie-les-Bois : Pages d’histoire 1 - des origines à la Révolution (2011 ; 67 p.)

- Dame-Marie-les-Bois : Pages d’histoire 2 - le XIXe siècle - volume 1 (2017 ; 81 p.))

- Dame-Marie citoyenne - La politique au village : 1800-1920 (2014 ; 104 p.)

- Le cimetière de Dame-Marie-les-Bois ; entre fidélité à ses morts et affirmation sociale (2006 ; 16 p.)"